Une synergie gagnante pour rendre le poulet accessible à toutes les bourses

Pour rendre le prix du poulet accessible à tous, la société Heugan & Associés Négoces (HANS) SAS du Togo, la Synergie Eurobec international du Canada et New Tech Distribution (NTD) de la France viennent de mettre au point une collaboration tripartite.

Il s’agit du  projet "Togo Volailles" portant sur la production et la distribution de poussins destinés à la ponte et au poulet de chair.

Lire aussi : Solange, la reine du poulet de chair

"Le projet dans sa première phase (5 ans), ce sera 1.000.000 de poussins et 300.000 poulets par semaine. Notre objectif à terme, c’est de diminuer le prix de revient des poulets produits par les producteurs locaux présents actuellement et amplifier par conséquent la production qui va minimiser les importations avec à la clé, la création de 6 à 7000 emplois", dévoile Daniel Ropert, président de Synergie Eurobec International.

Dans un futur proche, le projet envisage la transformation secondaire (la découpe) et la transformation tertiaire sous forme de charcuterie volailles.

Daniel Ropert, président de Synergie Eurobec International

"La réussite d’un tel projet est dans le plan de la prophylaxie. Il faut formuler des aliments en fonction de cette région tropicale, en fonction des stades physiologiques des animaux et en fonction de leur génétique. Ça c’est la base", martèle Daniel Ropert.

Lire aussi : Pardon, ne plus donner de la tétracycline aux volailles

Le projet arrivé aujourd’hui à sa phase de montage financier impose aux promoteurs de faire appel aux différents investisseurs (privés, gouvernementaux, partenaires de développement et les institutions financières) soucieux de la vie socio-économique en Afrique et surtout du retour sur investissement de leur capital placé par voie ordinaire ou privilégié ou par voie de subvention pour sa mise en place effective.

Lire aussi : Des poulets qui aiguisent l’appétit

"Les financements vont bien sûr provenir des banques mais on fait également appelle au capital-risque et au capital rémunéré sous forme d’actions publiques. Le gouvernement pour sa part va nous offrir des facilitations d’implantation et sera aussi le bienvenu dans l’actionnariat", poursuit Daniel.

La réalisation du projet nécessitera au total, un investissement de 25 milliards de francs CFA pour mettre sur le marché, un poulet répondant à toutes les normes internationales en qualité et en salubrité.

"Les 25 milliards vont servir à financer la construction de 100 poulaillers modernes, un couvoir, un abattoir moderne avec certification ALAN, une chambre froide, le bâtiment administratif, le matériel d’exploitation, l’achat des poussins reproduction, le transport et autres investissements inhérents à la mise en œuvre", détaille Franck Kokou N’sougan, PGD de HANS SAS.

D’après les initiateurs, la première installation se fera dans la région maritime sur une superficie de 50 hectares avant de monter de façon subséquente dans les autres régions.

Les infrastructures seront mises en place par NTD, l’exploitation de la production jusqu’à la mise à disposition des poussins et poulets sera confiée à Eurobec et HANS SAS assumera la gestion administrative du projet dans son intégralité.

Mots-clés :

4 Contribution(s)

  1. DAZIMWAI essohana say:

    Pour ma part ce projet va détruire des miliers d'auto entrepreneurs. Il est plutot preferable de renforcer la capacite de ceux qui existe et de revoir les prix des input car ceux sont eux qui vonditionne le prix des output. Merci

    30/06/2019 02:53:34
  2. Raouf TOURE say:

    Je pense que l'initiative est une arnaque il faut plutôt renforcer la capacité de production des acteurs déjà dans le domaine, mettre a disposition des sujets a croissance un peu plus raisonnable leur aider a baisser le coût de la production etc il faut que cela se face dans l'optique de favoriser l'auto emploi

    28/06/2019 16:46:44
  3. BADAKU - KPALLEY Adzo say:

    Suite à votre projet d'installation des poullayers repondant aux normes internationales comme signifié dans votre presentation,je me vois interessé et voudrais postuler étant déjà agri-éleveur avec une expérience de douze années d'expérience. Je dispose d'un terrain d'une surface totale de 13 hectares sur lequel j'ai un projet d'avenir de production de poulets de chair et de poulets locaux.

    24/06/2019 17:32:00
  4. OHOUKOH KOFFI LEGNIRE LOT say:

    Je suis d'avis que le poulet est cher mais plusieurs facteurs sont à revoir pour une mise en œuvre notamment le coût de l'alimentation. Il faut trouver une solution au prix du maïs et du soja ainsi que d'autres ingrédients. De deux il faut des reproducteurs et des couvoirs sur place afin de diminuer le prix des poussins.

    24/06/2019 16:08:10

Votre avis