Christelle Atikpe Ayabavi, chef département de la clientèle PME-PMI à NSIA-Banques.

"Ce que les gens doivent savoir, c’est que l'argent qui est prêté n'est pas l'argent des banques ; c'est l'argent des épargnants et nous ne pouvons pas prendre des risques avec cet argent", a-t-elle fait savoir lors d’une récente réunion à l’initiative de l’Ordre national des ingénieurs du Togo (ONIT).

Pour elle,  "ce serait vraiment insensé que les banquiers prennent des risques avec l’argent des épargnants".

Lire aussi : Les banquiers aux aveux : on ne fait pas de l’humanitaire

"Nous avons vraiment besoin que les gens nous disent la réalité du projet sans zone d'ombre, ce qui permettra au banquier de prendre une décision objective et concrète", a recommandé Christelle. Elle souligne que ce n’est pas une question de réticence des banquiers mais de gestion.

"Heureusement qu'il existe des mécanismes comme le MIFA ou l’ANPGF qui servent de garanties pour les jeunes porteurs de projets. Aux jeunes de s'approcher de ces institutions pour plus d'informations", suggère –t-elle.

Pour qu’un projet soit financé, les jeunes porteurs devraient s'assurer que le projet est bon, viable, pérenne et le produit ou le service développé a une cible donnée.

Lire aussi : Peur de financer l’agriculteur : devant le curé, le banquier a tout confessé

"Nous avons des partenariats avec des cabinets qui ont pour rôle d'accompagner les projets et les startups. Ces cabinets ont pour mission essentielle d'étudier les projets ou les idées que les promoteurs ou les porteurs soumettent. Et donc après, il y a des fonds de garantie qui accompagnent ou qui appuient ces projets qui seront soumis par la suite à la banque", assure –t-elle.

Ce qui reste à faire aux porteurs de projet agricole, c’est de s’approcher de ces institutions et avoir des informations utiles sur leurs conditions de financement.

 

1 Contribution(s)

  1. Brice Gimassi say:

    Intéressant et un peu drôle à la fois.. car nul ne fait de profit sans Prendre de Risque dailleurs... Il m'a fallu plus de 10 années de haut et de bas pour aujourd'hui garantir que si je ponds un projet agricole je suis convaincu a 100% que je serais financé à juste titre.. Le jeune n'a ni mon expérience ni ma capacité, il est contrain d'apprendre sur les erreurs ou ses échecs.. telle est hélas la réalité. Donc ne pas prendre de risque, reviens à un cercle vicieux, on aura une jeunesse oisive , vue le taux élevé de la jeunesse si nous ne disposons pas de classe moyenne , les autres projets à moindre risques financé par les banque ne tiendrons hélas pas non plus car qui va consommer si la jeunesse qui est le plus grand client ne dispose pas de moyens d'achat ...? Certe vous avez raison de protéger les épargnants, mais ce serait juste repousser l'inevitable... jeunesse hélas rime avec immaturité donc "risque..." , un paradox si on ne veut pas risquer avec le risque oubien? Lol Ils ne sont pas délibérément opaques dans la réalisation de leur plan d'affaire agricole, ils ignorent juste pour le moment les risques et donc ne peuvent pas les enumere.. au MIFA ils sont aussi jeunes lol.. Les banques doivent se lancer aujourd'hui avec la jeunesse et surtout les accompagner sur de longue durée, sur 10 à 30 annees . d'autres deviendront plus vite mature et vous faire rentrer dans vos fonds d'investissement , mais d'autres auront besoin de plus de différé. je suis convaincu que tous seront rentable s'ils sont pendant 30 années accompagné , du moins la majorité car ils seront une meilleur relève de demain.. les abandonne au bout de 2 à 5 ans est une perte énorme et considérable car on est souvent à ce temps à la croisé des chemins , le jeune tout comme le banquier et même le système,beaucoup perdent confiance en soit et ne se remettent pas facilement. ces une gâchis pour toute la société, c'est comme formé des presque compétents et les abandonné pour revenir prendre plus jeune et moins compétent qu'on va encore abandonne.. "un cercle vicieux " Vous avez vos part de responsabilité non négligeable dans l'échec du système mais avec une peu de recul et un bol de courage nous y parviendrons ensemble. La jeunesse n'est pas un poids, mais plutôt une solution, il devient un poids seulement quand le système est mal organisé

    22/10/2019 17:37:36

Votre avis