La foresterie urbaine indispensable pour atténuer les effets

Ce jeune étudiant béninois en fin de parcours licence en foresterie à l'Université Nationale d'Agriculture du Bénin veut miser sur la foresterie urbaine pour améliorer le cadre de vie (environnement) dans un contexte de changement climatique.

"Nous constatons que dans les villes, la couverture végétale laisse place aux bétons (immeuble). Du coup, les rôles d'épuration de l'air, d'atténuation de la chaleur que les arbres jouaient ne sont plus assurés," regrette Léandre.

Pour changer la donne, il suggère qu’il faut "procéder à l'aménagement de tous les lieux publics pour la séquestration du carbone et exiger à toutes les concessions urbaines, une superficie à strate herbacée et ligneuse à travers une loi ou décret. Cela va inévitablement contribuer à la réduction du rayonnement infrarouge," développe-t-il à agridigitale.

Lire aussi : Grève mondiale pour le climat ce vendredi

Dans sa stratégie de sensibilisation, outre la radio, la télévision et des campagnes, il accorde une place importante aux cadres et élus locaux qui seront dans un premier temps outillés sur le bien-fondé et les avantages de la foresterie urbaine afin qu'ils puissent l'intégrer dans leurs plans de développement local.

"Il y a un fonds dédié au climat alloué à chaque pays mais pour y bénéficier il faut une bonne politique d'aménagement surtout forestier en occurrence foresterie urbaine," note-t-il.

Léandre met également l’accent sur l’important de ne pas choisir des espèces très salissantes et jouer plus sur l'esthétique, la verdure en choisissant les espèces appréciées par la population et qui ne feront pas objet de pression (recherche de feuilles, écorce, fleurs…).

Pour lui, le climat est une cause à défendre pour sauver la planète du danger. Le sommet Action climat qui s’ouvre ce lundi à New-York aux Etats-Unis sera l’occasion pour les dirigeants du monde d’annoncer des objectifs climatiques plus ambitieux.

Le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres a dans un message reconnu que "la menace la plus globale pour l’humanité reste le dérèglement climatique". "Le problème n’est pas qu’on ne sait pas quoi faire mais la rapidité avec laquelle on peut le faire", a-t-il souligné en appelant les dirigeants mondiaux à passer à l’action.

Votre avis