La Côte d'ivoire occupe la 1ère place mondiale

Grâce à l’arrivée récente de deux grands producteurs notamment la Société ivoiro-antillaise de production agricole (Siapa) et la Banane Antilles-Côte d'Ivoire (Banaci), le pays espère 500.000 tonnes de banane en 2019.

Au demeurant, cette filière représente 8% du Produit intérieur brute agricole et fait vivre directement et indirectement 60.000 personnes contribuant ainsi à la lutte contre la pauvreté en milieu rural et surtout, freine l'exode rural des populations riveraines.

Les meilleures variétés sont : le Batard (8 à 25 tonnes par hectare) ; le 3 vert (10 à 27 tonnes à l’hectare), le corne 1 (12 à 25 tonnes à l’hectare et l’orishele (15 à 31,5 tonnes à l’hectare).

Boka Atte Archange

L’ivoirien Boka Atte Archange, spécialiste en culture vivrière et industrielle n’est pas satisfait de ces performances et mène des recherches sur ces variétés en vue de la relance de la filière dans son pays.

"Actuellement, je travaille sur les plantes issues des fragments de tiges. Nous faisons les multiplications au niveau de ces tiges-là pour améliorer le taux de rendement et aussi avoir de bons fruits avec des plantes résistantes à certaines maladies dont la cercosporiose qui s’attaque aux feuilles", explique Archange, élève-ingénieur à l’Institut privé d’Agriculture Tropical (INPRAT) à Adzopé (région de Meh, 75km d’Abidjan).

Il compte surtout mettre les résultats de ses recherches à la disposition des planteurs de la sous-région afin de promouvoir cette filière en dehors des frontières de la Côte d’ivoire.

Votre avis