Valoriser les produits locaux, un défi pour Dodji Tewou

Pendant ce temps, que faire donc vu que le pain est consommé par la majorité des populations? Novissi Dodji Tewou a décidé de remuer ses méninges pour apporter une solution et valoriser les produits locaux, surtout le manioc, soja, curcuma.

Son entreprise Comptoir Agricole du Terroir (CAT-Sarl), spécialisée dans la transformation agricole à Notsé (95 km nord de Lomé), a aujourd’hui réussi à obtenir des farines mixtes, un mélange d’ingrédients qui a permis d’obtenir une farine panifiable.

"Notre pain est un pain du terroir. Nous avons utilisé quatre ingrédients pour le faire. Il s’agit de la farine de blé (indispensable dans la fabrication du pain), la farine de soja, la farine de manioc et le curcuma", dévoile-t-il à agridigitale.

"Nous savons que le manioc n’est pas aussi riche mais mieux que la farine de blé. Donc, voilà pourquoi nous avons pensé au soja qui contient presque 40% de protéines. Toutes ces deux farines pauvres associées avec la farine du soja et du curcuma donnent un pain assez nutritif", ajoute-t-il.

Lire aussi : Rendre ce sourire aux paysans

La phase expérimentale réussie, Tewou et son équipe visent désormais l’industrialisation.

"Il nous faut une unité de transformation du manioc, surtout le séchage. Ça nous prend toute une semaine pour sécher une tonne de farine, alors qu’il faut que cette farine soit séchée le même jour. Pour arriver à la bonne qualité, nous avons dû faire des fours mais qui consomment assez du gaz butane et c’est aussi lent", relève –t-il.

Malgré les difficultés,  M. Téwou arrive à faire 10 tonnes de manioc par jour avec ce système et assure qu’il peut faire des merveilles avec des machines de qualité.

"Nous avons tellement besoin des unités de séchage. Parce que quand les 300 boulangeries recensées dans la préfecture du Haho vont commencer par faire la demande, on aura du mal à les servir. Nous avons déjà eu une proposition qui tourne autour de 16.000.000 CFA", informe-t-il appelant aux bonnes volontés de soutenir ce projet porteur d’espoir pour la jeunesse de la région. 

Mots-clés :

4 Contribution(s)

  1. Eden say:

    Bon pat Intro industrialisation local c'est sa qui fait l'homme du 21ē. Merci .

    19/07/2019 22:52:39
  2. KEGLOH Atsou say:

    Félicitations à monsieur Téwou. Le soja et le manioc sont deux cultures assez développées à Notsè. Les retombées d'une telle transformation vont impacter beaucoup de petits producteurs et donner de l'emploi aux jeunes.

    07/01/2019 05:12:29
  3. TCHALLA Komivi say:

    C'est un refus indirect de la colonisation car la farine de blé et ces accessoires pour la fabrication de pain habituel ne me donnent aucune confiance, du coup revenons au source pour sauvé notre progéniture, un grand chapeau à M. TEWOU depuis notsé

    04/01/2019 14:47:19
  4. Marius BAGNY say:

    Belle initiative à encourager.

    04/01/2019 14:29:34

Votre avis