C'est possible l'objectif faim zéro

Pour parvenir à la faim zéro, l’agriculture a un rôle important à jouer, notamment, le renforcement de capacités des premiers acteurs du monde agricole.

En lançant samedi à Dapaong (630 km de Lomé) la 4ème étape de l’atelier agricole initié par le journal d’intelligence économique agricole, www.agridigitale.net, M. Boléti a félicité agridigitale pour sa proximité avec les ruraux et a surtout salué le volet formation lancé dans toutes les régions du Togo.

Il estime que c’est un impératif que les paysans soient bien formés par les praticiens afin que les savoirs reçus puissent contribuer à faire croître leurs rendements, améliorer leurs revenus et par conséquent, vivre plus décemment.

M. Boleti a convié les participants à prêter une oreille attentive aux différentes communications soulignant que la prise en compte des techniques, contribuera à changer la vie des petits producteurs.

À Dapaong, les participants ont été par exemple outillés sur la culture du Quinoa (le futur or du secteur agricole) ; l’élevage des pintades ; des petits ruminants et des porcins.

Lire aussi : L’agriculture : un complexe pour la jeunesse des savanes ?

Les participants à la formation de Dapaong

"Je suis venu à cette formation pour acquérir des expériences sur la culture du Quinoa et surtout renforcer mes capacités dans le domaine de l'élevage des pintades que je fais déjà", indique Nanfame LARE venu du canton de Nanergou.

Les participants ont exprimé tour à tour leur satisfécit sur la qualité des communications et promettent mettre en œuvre chacune des techniques livrées par les experts.

Lire aussi : Kara s’engage à faire de l’agriculture une vocation

L’étape des Savanes ayant pris fin ce samedi, toute l’équipe du journal met le cap sur Lomé pour le grand séminaire apothéose qui se tiendra d’ici fin avril 2019.

La rencontre de Lomé viendra en prélude à la célébration du premier 1er mai du paysan, un événement initié par agridigitale pour porter une certaine reconnaissance aux petits producteurs.

Votre avis