Thierry Awesso

Les industriels de la filière oléagineuse de l’Uemoa en conclave à Lomé cette semaine ont pointé du doigt les huiles d’origine douteuses qui inondent les marchés de l’Union.

Les dirigeants de la filière regroupés dans l’Association des industriels de la filière oléagineuse de l’UEMOA (AIFO-UEMOA) soulignent que ces huiles importées d’Asie livrent non seulement une concurrence déloyale à la production locale mais aussi, constitueraient une menace pour la santé publique des millions de consommateurs.

La nature a honneur du vide

Au Togo tout comme les 7 autres Etats de l’Union économiques et monétaires ouest africaine (Uemoa), la faiblesse de la production locale est l’une des principales causes de cette invasion.

"La demande nationale au Togo est de 40 mille tonnes alors que la production nationale à partir de la matière première locale atteint difficilement 5000t", a déploré Thierry Awesso, 2ème vice-président de l’AIFO-UEMOA, Directeur général de la Nouvelle Industrie des Oléagineux du Togo (NIOTO).

Pour combler ce déficit de 35 mille tonnes, les importations restent la solution pour répondre aux besoins pressants des consommateurs.

Autres anomalies, le manque de compétitivité des industries locales, la disponibilité de la matière première. Le corolaire est que le produit fini produit localement revient plus cher que celui importé.

Vers la création d’un label UEMOA pour la filière oléagineuse

Naturellement après le diagnostic, des thérapies ont été envisagées lors de cette 18ème assemblée générale mixte de l’AIFO-UEMOA à Lomé.

Le Directeur Général de Palmci (Côte d’Ivoire), Christophe Koréki également 1er vice-président de l’AIFO-UEMOA a suggéré la création d’un label UEMOA pour la filière oléagineuse.

Ce label devra selon lui permettre de faire solidement front uni face à la concurrence des huiles importées et rendre les industries locales plus compétitives.

Plus mesuré, M. Awesso a pour sa part souhaité que les importations d’huile se fassent dans le respect des règles douanières, fiscales et des normes quantitatives et sanitaires consacrées par les lois nationales et les engagements sous régionaux.  

Il a plus appelé à une volonté politique très forte dans chacun des 8 Etats de l’Union pour la prise des mesures visant à assainir l’environnement commercial.

Votre avis