Bien armés pour répandre la bonne nouvelle aux paysans

Un modèle de pratique culturale que le Brésil veut voir prospérer au Togo. Cette technologie qui fait ses preuves en Amérique latine et surtout au Brésil a été introduite au Togo en 2015 à travers le projet Coton 4+ Togo sous la supervision de l'Agence brésilienne de coopération (ABC).

"C'est une technologie avérée, quand vous allez au Brésil, vous serez ébahis. Prenons conscience pour pouvoir expérimenter ces technologies pour booster notre agriculture", convie Lombo Yao, directeur général de l'Institut togolais de recherche agronomique (ITRA).

"En 2018, on a constaté qu'il y a un taux d'adoption de 13%. Mais Aujourd'hui, nous voulons voir au moins 50% des paysans qui utilisent cette technologie", souhaite-t-il.

Lire aussi : Sols dégradés restaurés par le Mucuna

Pour atteindre cet objectif, le projet Coton4+ Togo a par vague de deux, entretenu des techniciens de la nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT), de la fédération nationale des groupements de producteurs de coton (FNGPC), du centre de recherche agronomique de la savane humide (CRASH) et des producteurs  sur la gestion de la fertilité des sols, les ravageurs du cotonnier et la production des plans de couverture.

"Au niveau de notre structure, nous organisons des sensibilisations en début de campagne et durant ces séances, nous allons beaucoup mettre l'accent sur le semis direct sous couverture végétale", s'engage Agbota Kossi Tchomenefa, chargé du programme vulgarisation des techniques agricoles à la NSCT plateau sud basé à Notsè.

Et comment ça marche ?

Le système de semis sous couverture végétal est basé sur l'utilisation des plants qui ont un système racinaire très profond permettant aux cultures de pénétrer facilement le sol et d'y soutirer les éléments nutritifs pour leur développement.

"Avant de mettre votre culture, mettez ces plants qui vont perforer le sol et la saison prochaine, vous allez mettre la culture que vous désirez", conseille le directeur de ITRA. La technologie permet avec une petite quantité de pluie, de profiter de l'humidité qui reste sous la biomasse au lieu d'attendre de grandes pluies pour faire les billons et semis.

Lire aussi : Coton4+Togo : le Brésil a les meilleurs clés de réussite

"C'est un système de production qui permet d'avoir une très bonne production en maïs pour répondre à l'inquiétude de la sécurité alimentaire, avoir une grande production en coton et en soja qui ne souffrent pas de problème de marché. Donc à la fin de la campagne, vous êtes porteur de trois produits importants", détaille Dr Akantetou Komlan Pikassalé, directeur du CRASH basé à Kolo cope (environ 40km de la ville d'Atakpamé).

"Je trouve que c'est une méthode très simple qui va nous aider à économiser, à diminuer notre compte d'exploitation et c'est très important que nous l'adoptions", ajoute Kouroufei, président de la FNGPC.

Tout ce qui reste à faire, c’est qu’il revient aux producteurs de s’approprier de cette technologie qui va non seulement permettre de stabiliser leur rendement, mais aussi, améliorer leur condition de vie. (Suivez cette vidéo)

-------------

Anani E. de retour de Kolocopé pour agridigitale

1 Contribution(s)

  1. Brice Gomassi say:

    C'est une très belle initiative. C'est tout à fait évident que sans la culture sous couvert végétale ni l'agriculture ni l'environnement n'ont pas d'avenir. C'est un fait. Pour le pauvre paysan togolais ou africains, je conseille le Mucuna qui fait ses preuves déjà, sa culture est facile et pas du tout coûteux contrairement aux semences occidentales qui sont trop onéreuse pour la bourse togolaise ou africaines.. Je trouve que les atouts de la culture sous couvert ne sont pas suffisamment énumérés.. le lecteur dois pouvoir retrouver le maximum de détails qui devrait lui permettre de faire de son côté la promotion de ce système... Cela lutte contre le changement climatique, lutte contre l'érosion du sol, lutte contre l'inondation, lutte contre les poches de saison sache .. augmente les revenus considérables, reduit la dureté et le coût d'investissement, il rend les terres plus riche, il regenaire les sol mort, la vie revient dans les sol aride.. c'est un des systèmes fare pour lutter naturellement contre la faim dans le monde et atteindre une souveraineté alimentaire... Le système cultural actuel du Coton est nocif et nuis sérieusement à tout les efforts agricole.. cela doit être revu.. trouver un moyen biologique pour produire le coton et accepter le résultat de la récolte, car beaucoup d'agriculteurs après la récolte du coton mettent en place des légumes que la population consomme directement , alors que le sol regorge de beaucoup de produits toxiques utilisés contre les ravageurs de conton.. ce qui augmente le taux de maladies cancéreuses.. cela ne profite à aucun gouvernement de financer une agriculture qui après decime son peuple et qu'il soit obligé de financer le ministère de la santé pour traiter les même maladies causées par ses propres efforts.. c'est un cercle vicieux qui ne doit par rester tabou ni politisé.. Merci pour toutes vos efforts , soyons la fondation sur laquelle la génération future atteindra la souveraineté africaine

    21/09/2019 11:30:59

Votre avis