L'or rouge se laisse toujours désirer au Togo

Le rachat de la tomate par l’armée, les initiatives du ministère de l’agriculture qui a fait consommer une bonne partie à son personnel et l’implication des opérateurs du secteur en transformant une bonne partie ont été payants.

Malgré la fermeture de la frontière du Nigéria, un pays qui représente un vaste marché pour les producteurs, le Togo a su tirer son épingle du jeu par les mesures d’urgences qui ont été prises.

Vers une remontée du prix du panier

Dans les zones de fortes productions de la tomate (Anfoin, Vo etc.), les prix des paniers qui, quelques semaines plutôt se négociaient à 300 ou 400F.cfa sont remontés à 1500 à 2000F et voire 2500 F.cfa à certains endroits.

"La période de grosse abondance est derrière nous. Les prix ont recommencé à grimper. De 300 et 400F ; les prix ont monté à 1500 à 2000 voire 2500 F. L’abondance est finie. Il n’y a plus de crise, plus de problème, la situation est normalisée et les prix remontent", analyse Ismaël Tanko, patron de Tanko Timati dont les équipes sont actuellement dans la région pour acheter de la tomate fraîche pour la transformation en purée.

Pour lui, cette situation de l’or rouge n’augure qu’à même pas une certaine flambée de prix sur le marché local à moins que "le Nigeria ouvre ses frontières".

Autre presse : Nigeria : l’usine de transformation de tomates de Dangote poursuit sa descente aux enfers

"Si jamais il y a une petite pénurie au Nigeria et qui venait à ouvrir ses frontières, cela va aspirer tous les stocks du Benin et du Togo", note –t-il. Pour l’heure, il souligne que "le prix de la tomate va remonter progressivement jusqu’en décembre pour atteindre un niveau très important".

Cap sur la transformation de 500 tonnes de tomate

Bénéficiant d’un appui financier de 65 millions du Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA), Tanko Timati a lancé ce mercredi dans la préfecture des Lacs, une vaste opération d’achat de la tomate fraîche (Akliko).

Lire aussi : Togo : la pénurie de la tomate va s’accentuer ?

"L’investissement dans les achats de la matière première coûtera 22 millions de FCFA avec un objectif de 500 tonnes à transformer. La purée sera mise sur le marché local à travers des achats institutionnels (prisons, hôpitaux, cantines scolaires, hôtels etc.) et une partie drainée vers le Mali", explique le chef d’entreprise.

Pour renforcer son plateau technique, des équipements (broyeurs et depulpeuses) ont été commandés à la société Logou Concept Togo, une autre entreprise locale. Les livraisons sont attendues dans les prochains jours afin de pouvoir répondre aux objectifs de production.

Lire aussi : Mon challenge, c’est d’offrir des purées de tomates aux familles à revenu modeste

"Contribuer à sortir les producteurs de la précarité liée aux pertes post récoles, créer des opportunités aux jeunes (emplois directs, indirects), proposer aux consommateurs des produits de qualités dont les prix se rapprochent de ceux importés auxquels ils sont habitués les défis que nous comptons relever au plus vite", fait savoir M. Tanko à agridigitale.

Son seul souhait, est que les producteurs puissent livrer la matière première à un prix accessible afin que le consommateur final puisse l’avoir à un prix relativement acceptable.

-------------

Fidél G.

Votre avis